Search

Avis d’expert ? Ou bien une simple lapalissade ? (bis)

Avis d’expert ? Ou bien une simple lapalissade ? (bis)

Ainsi, donc, des sbires du Régime, ou du Système, ont-ils rempli leur mission. A la satisfaction certainement de leurs commanditaires.

Auront-ils gagné pour autant leur pari ? Ça, nous ne le saurons qu’à l’heure du décompte des parrainages. En attendant, nous condamnons avec la plus grande fermeté leur acte, qui s’apparente à du banditisme politique.

En fait, lesdits sbires sont des individus qui se seraient présentés chez le coordonnateur du PASTEF à Ziguinchor, le parti du candidat déclaré à la prochaine Présidentielle, Ousmane Sonko, puis à la permanence dudit parti, avant de se porter chez la mère de celui-ci à bord de véhicules 4X4. C’était hier 18 septembre 2018.

Mais pour les plaignants, tous membres du PASTEF, ces sbires du Régime ou du Système sont des gendarmes de la Section Recherches, et ils l’affirment avec une certitude déconcertante ; lesquels gendarmes, selon eux, avaient pour objectif de faire main basse sur leurs fiches de parrainages.

Il va sans dire que cette allégation, qui plus est publique, suffit à elle seule pour dissuader, avec efficacité, nombre de celles et ceux qui mouraient d’envie, jusqu’alors, d’offrir leurs signatures au leader du PASTEF, si l’on sait que celui-ci en escomptait, publiquement, au moins un million.

Car, à la seule évocation de ‘‘Section Recherches’’ ou de ‘‘RG’’ (pour renseignements généraux), nombreux sont celles et ceux qui prennent aussitôt la poudre d’escampette.

Or, passé le temps de la passion, celui de la raison s’impose, qui suggère que ces dangereux aventuriers du Régime ou du Système peuvent être de tout acabit, sauf des gendarmes.

Entendons-nous bien, dans notre entendement, un gendarme ripou ou voyou ne saurait être un gendarme. Et c’est bien là tout l’enjeu, sinon tout l’intérêt de notre assertion.

En effet, comme nous le suggérions dans le jet précédent : « Le prochain président de la République, comme tous ses prédécesseurs, sera le président de tous les Sénégalais, qu’ils soient Croyants ou non. C’est-à-dire, qu’ils soient Musulmans (toutes obédiences confondues), Chrétiens (toutes chapelles confondues), Animistes, Agnostiques ou Athées. Qu’ils soient par ailleurs Rebelles Casamançais ou non. » Mais nous aurions pu ajouter : Qu’ils soient Francs-maçons ou non, Homosexuels ou non.

Mieux, le prochain président de la République, à l’instar de ses devanciers, aura nécessairement à sa disposition – dans la gestion du pays, et notamment dans sa mission de sécurisation des personnes et des biens – les forces de l’ordre et de sécurité (la police, la gendarmerie et l’armée), avec en principe comme viatique dans son rapport à ces dernières : La nécessaire présomption, à leur égard, de professionnalisme et de probité à toute épreuve.

Comment, dès lors, ne pas y songer, pour devoir intégrer, d’ores-et-déjà, en tant que candidat déclaré à la magistrature suprême du pays, ledit viatique ?

Qu’à cela ne tienne, en politique, il y a de ces jeux, auxquels il ne faut guère se prêter. Et, en l’espèce, assurément, l’instrumentalisation de sa famille, ou de quelque élément que ce soit de sa famille, est de ceux-là.

Or, donc, les sbires du Régime ou du Système incriminés ont pris pour cible la mère de Ousmane Sonko, manifestement, ou précisément, parce que, quelques jours auparavant, à notre grande et malheureuse stupéfaction, le leader du PASTEF avait cru devoir « l’offrir » au public, notamment aux réseaux sociaux, sans coup férir, exactement au moment où il lui dédiait, avec quelque touche intime, son dernier livre, ‘‘Solutions’’.

Nous ne justifions pas, ici, l’injustifiable. Ici, bien au contraire, nous ne faisons que constater, avec regret.

Dakar, le 19 septembre 2018.

Jean-Marie François BIAGUI

Président du Parti Social-Fédéraliste (PSF)

Related posts