Barrow débarrasse son gouvernement des vieux dinosaures de la vie politique gambienne

Posted by on 26/06/2019 1 h 00 min
Tags:
Categories: Infos

L’avocat Ousseynou Dabo et deux autres membres éminents de l’UDP (Parti démocratique unifié), l’occurrence Amadou Sané et Lamine Djibba ont été démis de leurs fonctions ministérielles ce 15 mars 19, comme le révèle un communiqué de presse du Palais présidentiel.

M. Dabo, secrétaire général et chef de l’UDP, était, au moment de son limogeage, le vice-président, poste qu’il occupait depuis juin 2018. Il a été nommé ministre des Affaires étrangères, de la Coopération internationale et des Gambiens à l’étranger dans le Premier gouvernement de février 2017.

L’un des ministres limogés, M. Sané occupait le poste de ministre du Commerce, de l’Intégration régionale, de l’Industrie et de l’Emploi depuis juin 2018. Il était le ministre des Finances et des Affaires économiques dans le premier gouvernent. Il est aussi connu comme étant le trésorier de l’UDP, poste qui lui a été renouvelé au dernier congrès de 2018 qui vit la réélection de Dabo comme Président du Parti et potentiel futur candidat aux élections présidentielles, ce qui n’est pas du goût de l’actuel locataire du palais qui a des ambitions inavouées.

Quant à M. Dibba, il est le premier secrétaire administratif du parti. Il avait jusque-là occupé les postes de ministre de l’Administration régionale et territoriale jusqu’en juin 2018, date à laquelle il est devenu ministre de l’Agriculture après le dernier remaniement ministériel.

Il s’agit du deuxième remaniement ministériel majeur en deux ans et demi depuis la prise de fonctions du Président Barrow. On se souvient qu’en juin 2018, le président Barrow avait limogé quatre ministres, dont sa première vice-présidente, Mme Fatoummatta Diallo Tambajang.

Avec la destitution de ces trois ministres, le Président Barrow n’a plus aucun ministre de son ancien parti dans son gouvernement. Il doit désormais à la fois, gérer la Gambie sans les anciens partis politiques de l’opposition contre Jammeh dont son propre (ex?) parti, et en même temps se constituer une base pour rester au pouvoir si tel est son ambition.