BISSAU: La commission électorale s’inquiète

Posted by on 12/10/2018 19 h 00 min
Tags:
Categories: Blog

La Commission électorale nationale de Guinée-Bissau se dit préoccupée par la décision du ministère public de suspendre les inscriptions électorales dans le pays et avertit des conséquences qui pourraient mettre en péril le processus électoral lui-même.

 

« Préoccupé par la situation, le [CNE] met en garde contre les conséquences qui pourraient constituer un obstacle à la réalisation intrinsèque des principes généraux du recensement et, bien évidemment, aux valeurs et aux principes de l’intégrité électorale, propices à une élection libre, crédible et juste », a-t-il déclaré dans un communiqué rendu public dans la presse. 

 

Le CNE précise ainsi que « le succès d’une élection dépend de sa légitimité, qui est strictement conforme aux procédures légales » et que le fichier doit être réglementé, y compris en matière de contentieux et d’infractions.

 

« La Commission électorale nationale appelle toutes les parties impliquées dans le processus à unir leurs efforts pour trouver les solutions qui contribuent à l’instauration d’un climat de paix sociale par le biais d’un dialogue constructif au nom des conceptions supérieures de la démocratie pluraliste et de l’état de droit démocratique que régissent les valeurs et les principes de la Déclaration universelle des droits de l’homme « , continue la déclaration.

 

Jeudi 06 décembre en fin de journée, le ministère public a délivré une ordonnance ordonnant la suspension de l’enregistrement des électeurs dans le pays et le positionnement des forces de sécurité dans le bureau d’appui technique au processus électoral, dans le cadre d’une enquête en cours pour fraude présumée.

 

L’enquête a débuté à la suite d’une plainte déposée par un groupe de partis politiques, y compris le Parti du renouveau social (la deuxième force en importance du pays et une partie du gouvernement en place), qui ont déposé une plainte auprès du ministère Public pour des irrégularités présumées dans le processus d’enregistrement.

 

Les élections législatives en Guinée-Bissau étaient initialement prévues pour le 18 novembre, mais des difficultés dans la préparation du processus, notamment des retards dans l’enregistrement des électeurs, ont entraîné le report des élections à une date ultérieure.