Bissau – le processus électoral redémarre

Posted by on 20/06/2019 11 h 30 min
Tags:
Categories: Peacebuilding

Présente en Guinée-Bissau pour voir comment faire respecter la feuille de route du processus électoral encore, une mission interministérielle de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a ainsi réussi à faire redémarrer le processus qui s’est curieusement arrêté pour des inquiétude d’irrégularité.

La mission dirigée par le ministre nigérian des Affaires étrangères, Geoffrey Onyeama était arrivée à Bissau le mercredi 12 décembre pour évaluer l’évolution du processus qui va conduire aux prochaines élections législatives.

Elle comprenait entre autres le ministre d’État et secrétaire général de la présidence guinéenne, Naby Youssouf Kiridi Bangoura, qui représente le président Aplha Condé, médiateur de la CEDEAO pour La Guinée Bissau.

Le séjour a permis à la délégation de faire la visite de différentes structures et de rencontrer les parties impliquées dans le processus électoral dont les autorités telles que, le président de la République, José Mário Vaz; Le Premier ministre, Aristides Gomes et le procureur général, Bacari Biai.

La délégation a surtout apprécié et salué les progrès accomplis, notamment en ce qui concerne le taux de participation électorale estimé à environ 95%, soit 800 000 électeurs déjà inscrits contre une projection d’inscrits estimée à 900 000. Mais elle a aussi manifesté sa préoccupation par rapport au climat politique lié aux irrégularités alléguées du recensement qui a conduit à la suspension du processus d’inscription des électeurs pour enquête.  Néanmoins, pour le bureau du procureur général, il ne s’agissait pas de suspension de l’inscription mais de l’arrêt du serveur principal.

Ce sur quoi, le Premier ministre, Aristides Gomes, a demandé au parquet de libérer donc les locaux du bureau d’assistance technique au processus électoral afin que le processus d’inscription des électeurs puisse continuer.

Un bilan positif pour la délégation qui a par ailleurs exhorté les autorités bissau-guinéennes d’annoncer la date de la tenue des élections au moins avant le 22 décembre, date de la prochaine réunion de la Conférence des chefs d’État et de gouvernement de la CEDEAO.