Posted by on août 12, 2020 3:18
Tags:
Categories: Post-featured (+3,4)

Cherchez l’erreur quand on fait une “marche de l’eau” dans la région la plus pluvieuse du Sénégal… Est-ce là un signe annonciateur ?

En tous les cas…

Sous le COVID-19, la Casamance devient encore plus complexe pour le sénégalais lambda ou tout autre individu qui s’intéresse à d’autres problématiques que celles que pose cette pandémie en termes de transformations structurelles de notre univers….

Explorons notre minima logos, et gageons que, ce qui se passe au Cap Roxo, ce Sénégal en miniature, est une expérience sur laquelle pourront méditer nos autorités, à savoir que, wolof, haal pulaar, sereer de Casamance y sont parce qu’ils épousent la mentalité ajamaat…
Qu’est-ce à dire?

Well, nous sommes convaincus que, vous ne pouvez-pas vivre en Casamance si vous n’avez pas, ne serait-ce qu’une parcelle de mentalité casamançaise d’abord: Invicta Felix !

Voyez-vous, les Sénégalais de Matam à Mamatoro qui ont choisi de vivre en Casamance sont des “rebelles” avec leurs causes (et alors quoi?, car même les parents de SEM. Sall qui se sont retrouvés dans le Siin-Saloum sont des rebelles), et certainement contre un système hérité et qui n’est point en adéquation avec leurs perceptions des valeurs (ou ce qu’il en reste) mélano-africaines en situation.

Rapidement dit, dans la Casamance qui avance, l’odeur moribonde du COVID-19 éveille un parfum de regret de Yayah Jammeh ex-président gambien, cet adepte de Cheikh Anta Diop qui valorisait les traditions africaines (dommage qu’un certain Emmanuel Badji-Bassène que des sommités comme Penda Mbow cherchent à soutenir, ne soit pas gambien). Suivez notre regard…

En Casamance, les habitants du Cap, ce Sénégal en miniature confiné; se voient obligés de porter des masques comme réponse au Covid-19, et qu’ils doivent acheter alors qu’ils n’ont pas de quoi manger, ni de quoi boire, ni la possibilité de retourner là d’où ils viennent comme dit le proverbe Sénégalais (bo xamul finga jêm délul fi’gha jogué).

Au lieu de privilégier l’imagination de réponses locales à la crise sanitaire on impose une vue du haut vers le bas de la crise sous contrainte de payer des amendes si personne ne les respecte !

Parlez-nous encore de résilience…
Nous savons les causes, cherchons des solutions durables !

One response to Cap-Skirring, ce Sénégal en miniature avec une mentalité bien casamançaise…

  1. Ajamaat juin 1st, 2020 at 8:23

    Le mal est beaucoup plus profond !

    Il nous manque une Communauté de Valeurs. Malheureusement, nos autorités et nos gradés IGNORENT ce qu’est le SÉNÉGAL hérité du colon.
    Le mot “Sénégal” qui sort de leurs bouches est une récitation dont ils ne comprennent pas le sens.

    “” Au Cap Skirring, les populations assoiffées ont bravé une interdiction préfectorale. Elles ont tort, avec l’excuse d’une pénurie d’eau prolongée. Cependant, aux yeux des observateurs, elles n’ont pas fait pire que les habitants de Médina Gounass qui ont violé allègrement et ostensiblement les arrêtés du Ministre de l’Intérieur. Le Patron des Préfets.
    Du reste, la colère violente du Cap Skirring ne porte ni sur la vie chère ni sur un sujet politique ; encore moins sur l’ouverture des mosquées ou des églises. Il s’agit d’une triste émeute d’eau “”Babacar Justin Ndiaye

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code