Posted by on juillet 11, 2020 9:32
Tags:
Categories: Post-featured (+3,4)

Suite aux violents accrochages, les 13 et 14 puis les 20 et 29 mai 2020, dans le secteur de Bissine/Bilasse – Diagnon, entre l’armée (qui en avait pris la lourde initiative) et le Mfdc, particulièrement marqués par l’usage d’armes lourdes et qui s’étaient soldés entre autres par la destruction de véhicules par des mines anti-chars, la grande muette n’avait pas cru devoir communiquer sur ces regrettables incidents.

Nous étions alors seuls à les révéler, et à les dénoncer, avant, de guerre lasse, de nous résigner face au mépris que les autorités nous opposaient alors en guise de réponse.

Or, curieusement, depuis 48 heures, la voilà, la grande muette, qui communique tous azimuts pour annoncer un “accident” “impliquant un véhicule qui aurait sauté sur une mine à Lefeu à l’extrême nord de la Casamance (il y a donc 48h de cela), et qui aurait fait huit blessés (tous des militaires), puis ce jour 15 juin un autre “accident”, tout à fait similaire, à l’extrême sud de la Casamance, entre Bissine et Diagnon, qui lui aurait fait deux morts et deux blessés, tous également des militaires. Sans oublier cet autre “accident” d’il y a une semaine, tout aussi similaire, survenu dans ce dernier secteur, et qui aurait fait un blessé grave (un militaire amputé d’une jambe), dont la grande muette se fera fort de révéler l’identité, une identité bien casamançaise.

Curieusement ! disions-nous. Car tout cela est en effet curieux, si l’on sait que les violents accrochages sus-évoqués passaient pour des incidents autrement plus terribles, plus graves, en termes de bilan…

Jean-Marie François Biagui

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code