Search

Conférences. Religion, Santé, Guérison et Genre en Afrique/ La Casamance : patrimoines et identités

Conférences. Religion, Santé, Guérison et Genre en Afrique/ La Casamance : patrimoines et identités

Agenda culture…

Dans le cadre de ses Conférences. Religion, Santé, Guérison et Genre en Afrique, qui se tiendront à Saint-Louis, Dakar, Fatick, Casamance, vous aurez la possibilité de suivre une partie des conférenciers invités du LASPAD et du CIHA Blog  à l’UASZ de Ziguinchor.

Les PANEL 8 (La Casamance : patrimoines et identités), PANEL 9 (Genre, vulnérabilités et résiliences sanitaires),  PANEL 10 (Savoirs, pouvoirs et maladies de femmes) et PANEL 11 (Conflict, Healing and Humanitarianism in Africa) se tiendront à partir du Jeudi 14, jusqu’au Samedi 16 décembre 2017 en Casamance entre Ziguinchor et Cap-Skiring.

Le thème ci-après, La Casamance : patrimoines et identités, sera débattu à l’Université de Ziguinchor. Les conférenciers vous permettront de suivre des réflexions et des échanges sur l’unité culturelle dans le Territoire de Casamance (invention des ethnies, systèmes initiatiques) et sur les problématiques relatives au conflit et à la paix (conflit casamançais et les femmes du bois sacré, le travail d’Handicap International)…

 

Vous y êtes toutes invitées…

Programme
Accéder au programme entier

 

Note conceptuelle
Au fondement de l’éthique tant humanitaire que religieuse se trouve le dessein de guérir les maux qu’ils soient corporels, sociétaux et/ou spirituels. L’Afrique, de ce point de vue, a longtemps signifié pour les institutions religieuses et humanitaires un ensemble d’espaces à la fois imaginés et réels. La santé et la lutte contre la maladie y sont par ailleurs fortement organisées en fonction du genre. La conférence du CIHA Blog au Sénégal abordera les intersections critiques entre Humanitaire, Religion et Genre en Afrique.
La santé et l’humanitaire ont été unis en Afrique depuis au moins le milieu du dix-neuvième siècle. La santé, comme clé de voûte de l’action humanitaire, y est déployée à travers différents niveaux d’intervention intra et transnationale. Au-delà de l’assistance médicale d’urgence destinée aux populations affectées par les conflits armés, les catastrophes naturelles, les épidémies et les pandémies, cette action humanitaire sanitaire s’étend aujourd’hui à de nombreux registres, y compris, depuis les années 1990, à la psychiatrie humanitaire1. Une des conséquences de ces interventions – celles d’ONGs et de gouvernements essentiellement occidentaux- est qu’elles renforcent trop souvent les représentations pathologiques et paternalistes sur l’Afrique comme site collectif de danger et de misère. Récemment, la crise d’Ebola, en a fourni à nouveau une dramatique illustration ; l’épidémie a suscité une quantité impressionnante de discours et récits sur l’extraordinaire faiblesse et fragilité des systèmes de santé sur le continent et plus globalement sur l’impuissance de ses Etats.
Lire la suite…

La note conceptuelle en entier

Related posts