Posted by on octobre 27, 2020 2:54
Tags:
Categories: Post-featured (+3,4)

Communiqué de presse du Cercle des Intellectuels et Universitaires du MFDC

Suite à la répression sanglante de ce week-end, par les forces de répression, d´une manifestation pacifique des populations du Cap Skiring visant à réclamer de l´eau, le CIU du MFDC communique ce qui suit :

1.) Nous dénonçons l´usage de balles réelles par la gendarmerie du Cap Skiring pour réprimer les manifestants. Sur le motif de faire respecter des mesures sanitaires visant à éviter les rassemblements, (alors qu´à Touba le pouvoir maraboutique défie chaque jour l´Etat central de Dakar en refusant d´observer les consignes de sécurité dans la lutte contre le Covid19), la gendarmerie a, comme toujours, réservé la force quand il s´agit de manifester la violence dite légale en Casamance.

2.) Nous exprimons notre soutien patriotique aux populations casamançaises de tout bord qui endurent depuis plusieurs décennies toutes formes d´exercice de la force á géométrie variable.
C´est le lieu de rappeler à l´opinion que structurellement, le territoire de la Casamance, par sa militarisation vieille de plusieurs décennies, vit un Etat de non droit.  Ce depuis la sanglante et mémorable répression de Décembre 1982 et 1983.
En clair, lorsqu´un territoire est militarisé, la seule modalité d´exercice du pouvoir consiste en une absence d´abord du politique, puis du droit, au sens des libertés civiles et publiques.

3.) Le MFDC et son aile armée, Attika, ne laisseront jamais impunie toute violence aveugle perpétrée contre les peuples de la Casamance.

Sous ce triple rapport, nous en appelons à la jeunesse de la Casamance pour se dresser contre un Etat agressif et violent, en rejoignant les forces de jeunesses patriotiques, qui réclament par ailleurs la libération d´un des leurs, Omar Ampoi Bodian, afin que notre conscience de résistance reprenne de la vivacité.

Les actes de protestation et de résistance pacifiques comme celui posé par les jeunes du Cap Skiring, doivent nous inspirer ; pour qu´en Casamance, plus personne ne vienne se foutre de nous. Ce faisant, nous prendrions notre destin en main, par une auto détermination politique.

La Casamance que dessine le MFDC en lutte sera celle qui ne souffrirait plus de la discrimination en matière de développement. Un développement qui reposerait sur une vision et une politique infrastructurelle visant à la maîtrise de l´eau au bénéfice d´une agriculture moderne et d´une politique hydrique, susceptible de fournir de l´eau courante á tous. Ce qui nous sortira du paradoxe, consistant au fait nous soyons le territoire le plus arrosé et traversé par des eaux, et dont, pourtant, les populations manquent.

      Fait en Europe ce 31- 05- 2020
Le Cercle des Intellectuels et Universitaires du MFDC, CIU

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code