Grande enjambée… (Jean Marie Biagui)

Posted by on 21/04/2019 17 h 05 min
Tags:
Categories: Débats

Le pont sénégambien enjambe aussi, ou enfin, l’enclavement de la Casamance

C’est fait, enfin ! Et c’est beau ! Si l’on sait, en outre, que, ici, la beauté dépasse le caractère esthétique de l’ouvrage. Car, plus qu’un ouvrage, il s’agit d’une œuvre, en ce qu’elle vaut ce qu’elle vaut, ici et maintenant, autant que demain et à tout jamais.

En effet, le pont de Farafenni n’enjambe pas seulement le fleuve Gambie. Il enjambe aussi, et surtout, l’enclavement de la Casamance. En cela, il faut le saluer et le magnifier.

Mais notre joie sera complète, et nos appréhensions éteintes, quant à la gestion de l’ouvrage que nous voulons du reste rigoureusement rationnelle d’une part, et à la fluidité de la transgambienne que nous voulons par ailleurs optimale d’autre part, quand et seulement quand ce pont ainsi que les deux tronçons gambiens de la transgambienne seront placés sous un ‘‘statut d’exterritorialité à la sénégambienne’’.

Celui-ci impliquant, en l’occurrence, comme nous le suggérions déjà depuis plusieurs années, que l’ouvrage avec les deux tronçons gambiens de la transgambienne soit considéré comme appartenant à égalité aux deux Etats (gambien et sénégalais).

De la sorte, dire que « les Sénégalais sont chez eux en Gambie et les Gambiens chez eux au Sénégal », participerait, certainement, véritablement et fondamentalement, d’une authentique volonté politique, consistant donc réellement dans l’intégration des Peuples gambien et sénégalais sous la forme d’un même Peuple : Le Peuple sénégambien.

Il s’y ajoute que ce pont, enfin réalisé, ne doit aucunement constituer un prétexte, ni pour négliger les voies de contournement de la Gambie, ni à plus forte raison pour abandonner l’idée de leur adjoindre un chemin de fer.

Car, alors, la ‘‘continuité territoriale’’ ne serait plus seulement un concept, mais une réalité.

Dakar, le 22 janvier 2019.
Jean-Marie François BIAGUI
Président du Parti Social-Fédéraliste (PSF)