Search

La défense du patrimoine foncier fait encore des morts à Faraba Banta, Fogni Kombo

La défense du patrimoine foncier fait encore des morts à Faraba Banta, Fogni Kombo

Mort de deux militants écologistes en Gambie, suite à une confrontation des populations avec les forces paramilitaires gambiennes lors de manifestations contre une compagnie d’exploitation de sable.

L’information est confirmée par la hiérarchie de la police gambienne qui a indiqué dans un communiqué que les affrontements ont éclaté le lundi matin entre les forces gambiennes et les activistes dans la ville de Faraba Banta.

Faraba Banta se trouve à environ 50 kilomètres au sud de la capitale, Banjul, et à quelques kilomètres (40 kms) près de la Zone Abéné en Casamance où les populations locales s’opposent aussi à l’exploitation des sables métallifères sur une dune qui protège leurs rizières.

A Faraba Banta où l’on retrouve des riziculteurs, les habitants ont voulu manifester contre une exploitation minière qui, disent-ils, détruit leurs rizières et leurs fermes, menaçant leurs seuls moyens de subsistance dans ces zones rurales abandonnées par les politiques étatiques.

Julakay Engineering and Construction Company serait la compagnie d’extraction de sable accusée d’exploitation et de dégradation de l’environnement (La vente de sable est un gros problème en Gambie, le Président actuel, M. Adama Barrow est un promoteur immobilier et il en sait quelque chose.) Et depuis le mois de mai dernier, les populations de cette ville n’ont cessé de s’opposer catégoriquement à cette présence.

Le laxisme d’un État (qui vit d’ailleurs sous la tutelle du Sénégal et de la CEDEAO) prêt à sacrifier le droit primaire des populations rurales qui est celui de la protection de leur patrimoine foncier, la conservation des sols et des eaux a conduit à cet événement malheureux.
Le Ministère de l’intérieur gambien a à travers la Police annoncé que l’utilisation d’armes à feu par le personnel de sécurité lors de la manifestation n’avait pas été autorisée. Chercherait-il à apaiser une situation très critique ?

Les populations après des jours de contestations ignorées, se sont décidées au bout du compte à réagir en allant même jusqu’à faire appel aux symboles traditionnels de régulation sociale. Elles ont ainsi habillé (ne riez- pas, voir image d’illustration) un Kankurang pour venir nettoyer le « malheur d’un capitalisme débridé » qui s’imposerait de manière destructrice à eux par les camions bennes et autres Caterpillars.

Donquichottesque non !
Elles ont certes réussi à saccager les moyens de mobilité des exploitants. Mais il y a eu malheureusement mort d’hommes; tandis que les forces armées (Sénégal, CEDEAO ???) ont été appelées en renfort.
La situation est incertaine dans un pays où circulent encore les rumeurs du retour de l’ex et autoritaire homme fort, Yaya Jammeh.

A Faraba Banta, la tentative de corrompre les populations à travers certaines élites piégées par l’argent facile, n’a pas tenu longtemps, la majorité étant bien consciente que l’exploitation du sable est un désastre.
Une situation qui ressemble fortement à celle qui se déroule actuellement à Niafran en Casamance, sud du Sénégal.

 

Images pénibles… Utiliser code pour y accéder: AMPAbéné

Related posts