Le Journaliste prisonnier-politique de l’année – René Capain Bassène, le vrai médiateur de la Paix qui croupit en prison au grand intérêt de qui ?

Posted by on 01/01/2019 8 h 00 min
Tags:
Categories: Peacebuilding

2019 : Une pensée pour René Capain Bassène

René Capain Bassène n’est pas qu’un journaliste-écrivain. Il est aussi un agent de l’Agence Nationale pour la Relance des Activités économiques et sociales de la Casamance (ANRAC).

Il l’est, du moins, jusqu’à son arrestation le 14 janvier 2018, puis son emprisonnement à la MAC (Maison d’Arrêt et de Correction) de Ziguinchor, suite à sa prétendue implication dans le massacre, le 6 janvier de la même année, dans la forêt protégée de Boffa-Bayottes, de quatorze exploitants forestiers clandestins, en fait des braconniers. Il y croupit depuis, au grand intérêt, certainement, de ceux qui ne lui veulent pas que du bien.

A ce jour, les auteurs du drame de Boffa-Bayottes sont non-identifiés, et courent toujours, même s’il est d’une commodité simplissime et redoutablement malveillante, et quasi unanime dans certains milieux, de les situer à dessein dans le maquis casamançais, alors sous le contrôle de César Atoute Badiate, l’un des principaux chefs de guerre du Mouvement des Forces Démocratiques de la Casamance (MFDC). Un mouvement fractionné en autant de factions que de chefs autoproclamés.

L’on remarquera, d’ailleurs, que des voix s’élèvent depuis peu, et de manière réitérative, pour annoncer un événement prétendument nouveau : les retrouvailles desdites factions du MFDC, sanctionnant en l’occurrence un processus de réconciliation inter-MFDC initié depuis plusieurs années déjà.

En réalité, cette bonne nouvelle remonte à près de deux ans en arrière, et elle est le fait conjugué de plusieurs personnes-ressources, parmi lesquelles René Capain Bassène, seule personne-ressource non-membre du MFDC à avoir ainsi joué un rôle éminemment productif et constructif dans ce processus de réconciliation inter-MFDC. Le seul objectif, ici, étant d’offrir au MFDC la possibilité d’aller, tout uni, et parlant d’une seule et même voix, à la table de négociation avec l’Etat.

En effet, René Capain Bassène est la seule personnalité non-membre du MFDC à avoir pris part jusqu’alors à tous les conclaves inter-MFDC consacrés à cette heureuse fin. De sorte que, si vous manquez de finesse d’esprit et notamment de générosité intellectuelle, vous le cataloguerez, immanquablement, comme un membre du MFDC.

Or, c’est désormais de notoriété publique, un MFDC uni, ou réunifié, sans le concours obscur et diaboliquement diligent des colporteurs de la paix et autres saisonniers du processus de paix en Casamance, ne saurait aucunement faire leur affaire.

Qui plus est, un MFDC réconcilié avec lui-même, c’est forcément, naturellement, un cauchemar pour l’establishment diabolico-politico-affairiste de la Casamance.

Par conséquent, le drame de Boffa-Bayottes survenant dans un tel contexte, d’une part, et le MFDC ayant toujours bon dos en de telles circonstances, d’autre part, René Capain Bassène ne pouvait que se retrouver, à son corps défendant, dans une mauvaise posture.

En l’espèce, son sort dépend et de l’intelligence et de l’esprit de justice du juge compétent.

Au demeurant ;
Considérant 2019, parce qu’il nous plait de le rêver, comme l’année de la consécration de la réconciliation inter-MFDC ultimement aboutie ;

Et par ce fait même ;
Considérant 2019, ainsi qu’il nous est également si agréable de le rêver, comme étant aussi l’année de René Capain Bassène ;

Au seuil du Nouvel An, nous voulons, parce que nous en sommes heureux, rendre à René Capain Bassène tout l’hommage qui lui est dû. Un hommage amplement mérité.

Bonne et Heureuse Année 2019 à Toutes et à Tous !

Dakar, le 31 décembre 2018.
Jean-Marie François BIAGUI
Président du Parti Social-Fédéraliste (PSF)