Search

Mise à Niveau des entreprises en Casamance: Ce qui nous attend au nom de la paix

Mise à Niveau des entreprises en Casamance: Ce qui nous attend au nom de la paix

La mise à niveau des entreprises vous connaissez?
Rapidement, on pourrait dire que c’est l’appui aux entreprises.
En Casamance, vous pouvez constater que certaines entreprises comme ceux du secteur de l’Hôtellerie par exemple font peau neuve.

D’ailleurs, il n’est pas rare de voir des hôteliers initier des travaux dans la perspective de « convaincre à l’œil nu »  le Bureau de Mise à Niveau (BMN) qui définit la mise en œuvre de la politique du gouvernement en la matière.

Même ceux qui constituent encore la « RACINE » du mal de l’hôtellerie en Casamance veulent une MAN. Maintenant qu’on parle de consolidation de la paix, « SY » les choses continuent, nul n’interdit d’agir comme le font les CORSES pour défendre le charme de leur île et face à un secteur clef dans l’emploi des jeunes…

Rassurez, cela se fera de manière démocratique dès lors que la branche armée du MFDC a accepté de participer au jeu démocratique aussi longtemps que l’Etat tiendra sa parole. La perspective est ainsi lancée, un jour, et de manière démocratique, nous déciderons nous Casamançais qui doit investir chez nous en Casamance et surtout que ceux qui bénéficient de denier publics pour remettre à niveau « leur gagne pain », devraient rendre des comptes s’ils font faillite…

Vive le jeu démocratique, c’est aussi une culture très ancienne en Casamance !

Bonne année 2018

 

 

Casamance : Plus de 610 millions de FCfa pour la mise à niveau d’une dizaine d’entreprises

Le Bureau de mise à niveau a signé des conventions avec 11 entreprises de la Casamance dont les dossiers ont été approuvés par le comité de pilotage restreint. Les plans de mise à niveau de ces entreprises représentent un montant global de 610 millions 500 mille de FCfa d’investissements et 265,9 millions de FCfa de primes octroyées.

Les entreprises bénéficiaires évoluent dans les secteurs de la transformation des produits halieutiques et du sésame, de l’hôtellerie, de la restauration, de la fabrication de glace et d’aliments pour bétail. Elles s’activent également dans la transformation et la commercialisation de la noix d’anacarde, l’élevage d’autruche, la transformation du miel, des fruits et céréales locaux, ainsi que des champignons.

La signature de convention entre dans le cadre de l’exécution du programme pilote de mise à niveau spécifique des entreprises de la Casamance. Ledit programme a été initié par le gouvernement avec l’appui de l’Agence française de développement pour un montant de 1,9 milliards de FCfa. Il a été lancé en février 2015 pour une durée de trois ans. Son objectif est de mettre à niveau 85 entreprises de la région méridionale du Sénégal : 75 petites et moyennes entreprises en raison de 25 entreprises par an et 10 entreprises de taille plus importante.

Aujourd’hui ce programme est entré dans sa vitesse de croisière, selon le directeur général du Bureau de mise à niveau des entreprises sénégalaises, Ibrahima Diouf. « En deux ans, a-t-il révélé, nous avons accompagné 68 entreprises et approuvé des investissements de l’ordre de plus de 3 milliards ». M. Diouf a ajouté que des primes à l’investissement de l’ordre de 1,121 milliard de FCfa ont été octroyées à ces entreprises bénéficiaires. Il a fait état de la création de plus de 600 emplois temporaires et de 250 emplois permanents.

Cependant, Ibrahima Diouf a relevé un certain nombre de difficultés qui persistent pour les entreprises de la Casamance. Il a cité, entre autres, de l’approvisionnement en matière première, assurant qu’il va informer les autorités sur la nécessité d’œuvrer à ce que les entreprises de transformation puissent accéder aux matières premières. Il n’a pas occulté la question du financement sur laquelle les responsables du secteur bancaire ont été interpelés par les entreprises pour plus de souplesse dans l’octroi des crédits.

El Hadj Moussa SADIO

(Le Soleil,  23 décembre 2017)

Related posts