Search

Peacebuilding : Le régime accepte de poser des actes scélérats dignes d’un tripatouilleur.

Peacebuilding : Le régime accepte de poser des actes scélérats dignes d’un tripatouilleur.

En lisant la presse sénégalaise à la suite des incidents qui secouent le sud (« crise de la coupe de bois illégale ») et le nord (« crise de la pêche dans les eaux frontalières ») du pays, on se rend compte que le Premier Ministre sous le régime Macky Sall, Monsieur Abdoul Mbaye, est le seul homme politique sénégalais dont le message apporte plus l’espoir d’une paix positive au Sénégal.

Le 06 janvier 2017 déjà, on pouvait lire le communiqué, il faut le rappeler, de ce premier, Premier Ministre à avoir organisé un conseil des ministres en Casamance et hors de Dakar, la capitale sénégalaise, Monsieur Abdoul Mbaye, où il soutenait que, «L’Armée sénégalaise et le Mfdc doivent retrouver les auteurs ».

Dans la situation de « NI PAIX NI GUERRE » que nous avons en Casamance et au lendemain d’un discours du Président de la République du Sénégal qui redonnait plein d’espoir que nous allions lentement mais surement vers un processus de paix qui aboutirait à une consolidation de la paix, il n’y avait pas message plus mesuré, plus ferme et plus responsable que celui de demander aux deux acteurs dans cette consolidation de la paix de mener des enquêtes pour savoir qui sont les auteurs de cette barbarie moderne.

Si cela ne tombait pas dans les critères d’un grand Homme d’Etat, nous serions tenté de croire que Monsieur Abdoul Mbaye souscrirait à cette politique de « la paix des braves », cette paix en Casamance qui n’aurait « ni vainqueur ni vaincu ».
Que nenni !

Car, au moment où il demandait de poser des actes positifs allant dans le sens de la consolidation de la paix, c’est-à-dire, en responsabilisant le MFDC qui devrait prouver son innocence ; (NON), le régime en place décide de bombarder la forêt classée comme si l’on cherchait à détruire des preuves.

Et pourtant, on a promis au Sénégalais qu’on aller « capturer, neutraliser et faire juger » ces criminels. Mais alors, dites-nous si une arme lourde est capable de capturer qui que ce soit dans cette forêt ?

A moins qu’on nous dise, qu’on va interroger à l’image de traditions ajamaat (manjacque, mankagne…toutes confondus) les corps de ceux que les armes lourdes auront réduits en vulgaires carcasses humaines !?

Quid des suites judiciaires de cette « crise de la coupe du bois illégale »…
Pendant ce temps, le Procureur met en prison des personnes supposées être associées à cette tuerie, il aurait même entre ses mains le nom du « principal commanditaire », mais il le garde pour lui-même et laisse la presse deviner qui est ce « principal ennemi de la République » !

On jette ainsi en pâture les noms de citoyens engagés pour la paix et dont le seul crime jusqu’à preuve du contraire serait celui d’avoir été accusé par l’enquête. Que fait-on de leur présomption d’innocence ?

On chercherait à « védéliser » les Sénégalais, on ne procéderait autrement…
Comment comprendre qu’on libère le chef du comité de lutte inter villageois, qui se suicide le lendemain pour qu’ensuite on l’accuse dans la presse d’être mêlé jusqu’au coup à cette tuerie. Aucune autre personne, parmi celles-là mêmes qui sont considérées comme lui, être mêlées jusqu’au coup, n’a bénéficié d’une « telle largesse suicidaire »….

Qui cherche-t-on à manipuler dans cette affaire ?

Conséquemment, et pour revenir sur le Premier ministre, Monsieur Abdoul Mbaye, qui « en veut » au pouvoir en place qui n’a finalement pas cessé de chercher à ternir son image. C’est en l’écoutant qu’on découvre *la nature d’un régime à l’image de son chef, un régime qui pose des actes scélérats avec des tractations douteuses, pour ne pas dire frauduleuses, en somme sous l’aspect d’un tripatouilleur…
De la manipulation du peuple quoi !

Nul besoin d’aller plus loin dans cet échange, remercions le Premier Ministre, Abdoul Mbaye, Président de l’Alliance pour la Citoyenneté et le Travail (ACT), qui s’est aussi prononcé sur le « meurtre d’un jeune saint-louisien, et qu’il qualifie d’un acte inqualifiable et d’un autre âge ».

Ici encore, on mesure le caractère positif de son intervention. Il est resté dans une ligne constante de construction d’une paix positive dans notre espace national avec un discours sans complaisance et constructeur.

Monsieur Pape Abdoul Mbaye, tous les pacifistes vous remercient !

Nous ne pouvons que souhaiter vous entendre et vous voir très souvent réagir, porter comme vous le faites actuellement la voix du peuple, qui a besoin de paix et de justice avec un discours de vérité…

————

Les communiqués du President de l’ACT – http://act-senegal.com/

Il a dit toute sa tristesse suite à l’exécution de 13 jeunes sénégalais dans un village de Ziguinchor. Abdoul Mbaye a, dans un communiqué transmis à PressAfrik, appelé l’Armée sénégalaise et le Mouvement des forces démocratiques de la Casamance (Mfdc) à unir leurs forces pour retrouver les auteurs de l’attaque.

« C’est avec une grande consternation que j’apprends l’exécution froide de 13 jeunes hommes par des éléments armés près de Ziguinchor. Je suis véritablement atterré face à une telle ignominie : exécuter des civils désarmés est un crime innommable. Les forces de sécurité sénégalaises et le MFDC doivent retrouver les auteurs de cette boucherie inqualifiable et les châtier. Jamais ce crime ne devra rester impuni. Je présente aux familles éplorées toutes mes condoléances ainsi que celles du parti de l’Alliance pour la Citoyenneté et le Travail. Nous souhaitons en outre un prompt rétablissement aux blessés qui ont pu échapper à ce carnage », a dit le leader de l’Alliance pour la citoyenneté et le travail (Act)
Source : PressAfrik, 06.01.18

Abdoul MBAYE sur le meurtre de Fallou :  » un acte inqualifiable et d’un autre âge »
L’Alliance pour la citoyenneté et le travail (ACT, opposition) exprime ses « profonds regrets » et son « indignation » à la suite du meurtre d’un pêcheur de Saint-Louis du Sénégal, Fallou Fall, samedi dernier, dans les eaux maritimes de la Mauritanie.
Dans un communiqué parvenu mercredi à l’APS, l’ACT, un parti dirigé par l’ancien Premier ministre Abdoul Mbaye, condamne « avec la dernière énergie cet acte inqualifiable et d’un autre âge ».
La communauté des pêcheurs sénégalais doit faire preuve de « tolérance » et d’ »esprit de dépassement », car la Mauritanie et le Sénégal « sont intimement liés à une histoire commune, culturelle et cultuelle », affirme l’Alliance pour la citoyenneté et le travail.
L’ACT invite les Mauritaniens et les Sénégalais au « strict respect des lois et règlements » des deux pays, en vue de « leur bonne intégration dans l’activité économique de leur pays d’accueil ».
Abdoul Mbaye et ses camarades exhortent la Mauritanie à recourir aux « meilleures solutions pour imposer le respect de ses lois et réglementations et appréhender toutes les formes de leur violation, sans mettre en danger la vie de contrevenants, de surcroît souvent de bonne foi ».
Ils disent encourager la poursuite du dialogue entre les autorités des deux pays, « pour la mise en œuvre de solutions résilientes, dans le souci de conserver la paix et développer la fraternité entre le Sénégal et la Mauritanie ».
L’ACT demande aussi aux Mauritaniens et Sénégalais de « s’interdire tout acte de représailles et d’atteinte aux biens matériels » de leurs voisins et à l’ »intégrité physique » de ces derniers.
NdarInfo. APS (31 janvier 2018)

Related posts