Présidentielles 2019: Le candidat Macky Sall fait du Mamadou Dia, « intégrer » la Casamance dans le Sénégal

Posted by on 26/06/2019 1 h 15 min
Tags:
Categories: Débats

Le MFDC*, l’absent le plus présent de la campagne électorale en Casamance

« Si vous voulez que la Casamance intègre carrément le Sénégal dans le cadre du développement, il faut voter la coalition Benno Bokk Yaakar ».

Ces propos sont du candidat à sa propre succession, le président Macky Sall, tenus devant un auditoire casamançais béat, et dans un contexte, la campagne électorale, que l’on ne manquera pas demain, assurément, et à dessein, de lui opposer pour l’absoudre.

Exactement comme jadis avec Senghor, agrégé en Lettres/Grammaire française et futur membre de la prestigieuse Académie Française.

Si Macky Sall était, par exemple, un arabophone, ou simplement un arabisant, nous admettrions bien volontiers qu’il avait dû penser en l’occurrence en arabe, d’abord, et qu’il l’avait transcrit ensuite, et seulement ensuite, en ouolof, ou en peulh, ou encore en sérère, puis ultimement en français. Nous serions alors tentés, pour notre part, certainement, de lui accorder généreusement quelque circonstance atténuante.

Or, il n’en est rien : Macky Sall est francophone et francophile, tout à la fois. C’est donc dans le français du Sénégal, qui est aussi le français de France, qu’il s’est exprimé de la sorte, avec des mots bien pesés. Comme jadis avec Senghor, disions-nous, qui déclara sans sourciller : « Si vous voulez l’indépendance, votez PS ».

C’était en 1978, à Sédhiou, en Casamance, en pleine campagne électorale.
Etes-vous perplexes, face à ces propos déroutants du président Léopold Sédar Senghor puis du président Macky Sall ?

Eh ! bien, écoutez Mamadou Dia, et vous en aurez pour vos frais, ou, à tout le moins, vous allez adorer. C’était en 1995, quand le président du Conseil avait cru devoir se soulager la conscience en ces termes :

« Le problème casamançais est un vieux problème. C’est pourquoi mon gouvernement avait fait de l’intégration de la Casamance dans l’ensemble sénégalais la priorité. Un plan intérimaire avait été conçu pour résorber les tendances séparatistes décelables dès l’époque car, il faut le reconnaître et le dire, le colonisateur n’avait pas intégré la Casamance dans le Sénégal.

« Après décembre 1962, ce plan a été abandonné et nous vivons aujourd’hui les tragiques conséquences de cet abandon. C’est pourquoi j’ai fait certaines propositions qui sont très claires.

« Ces propositions, je les ai adressées à Abdou Diouf qui n’a pas eu la courtoisie de me répondre. Senghor, lui, aurait répondu. J’ai également adressé une correspondance à Abbé Diamacoune Senghor, Secrétaire Général du MFDC, laquelle m’a été purement et simplement retournée au motif qu’elle ‘‘n’aurait pas été réclamée par le destinataire’’.

« Comment l’Abbé, mis en résidence surveillée dans les conditions les plus strictes, pouvait-il deviner l’existence de cette correspondance et la réclamer ? Je crois qu’il est urgent d’intervenir sur ce dossier casamançais, avant qu’il ne soit trop tard (…) Ce que vous venez d’entendre c’est la parole qui ne ment jamais, la parole qui ne se renie jamais, la parole qui ne trahit jamais ; c’est la parole de l’éternel. Tel est mon cri du cœur ! »

Et le président Macky Sall, s’adressant aux Casamançais, fût-ce le temps nécessairement éphémère et volage d’une campagne électorale, de remettre ça, à sa manière bien à lui, en février 2019, soit près de 59 ans après l’indépendance déclarée du Sénégal, comme pour attester, encore et encore, sous un sceau indélébile, qu’ils sont d’éternels grands-enfants : « Si vous voulez… »

C’est que – et c’est vraiment une vérité de fait, c’est-à-dire une vérité incontestable – la Casamance est par essence casamançaise, et par destination sénégalaise. Et c’est cette vérité de fait, affirmée et réaffirmée comme telle, qui est à l’origine du conflit armé et meurtrier en Casamance, aujourd’hui vieux de plus de 36 ans.

Ainsi, donc, administrativement « intégrée » au Sénégal, qui plus est par l’arbitraire, et politiquement méprisée dans le « contexte » sénégalais, selon les propos mêmes du président Macky Sall, la Casamance attend, aujourd’hui encore, son intégration dans le Sénégal dans le cadre du développement.

Pendant que nous y sommes, parlons ‘‘contexte’’ ; et, à cet effet, parlons ‘‘développement’’.

Notre conviction sur la question est claire, et elle est définitive : dans le contexte sous-régional, voire régional, une Casamance tournée vers un Nord fatalement ouvert au désert n’a aucune chance, mais alors aucune chance, de connaître un jour le développement.

Bien au contraire, une Casamance tournée vers le Sud, qui entraînerait avec elle, dans la dynamique de son développement socioéconomique, la Gambie d’une part et le Nord-Sénégal d’autre part, ne courrait justement que le risque de se développer.Mais, ça n’est possible, si et seulement si la Casamance est, soit indépendante, soit autonome dans le contexte d’un Sénégal-un-et-pluriel.

Dans une telle perspective, si nous nous fondons sur la thèse du professeur Assane Seck, selon laquelle « le Sénégal, ce sont cinq ou six Régions plus la Casamance », alors, la Casamance devra être érigée en une Région particulièrement autonome face au reste du Sénégal.

Sinon, elle devra disposer, nécessairement, d’une réelle autonomie, au même titre que les autres Régions naturelles du Sénégal.

Le développement de la Casamance est à ce prix, et seulement à ce prix.

Dakar, le 12 février 2019.
Jean-Marie François BIAGUI
Président du Parti Social-Fédéraliste (PSF)
(*) Mouvement des Forces Démocratiques de la Casamance