«Renouveau» touristique ?

Posted by on 12/07/2018 0 h 16 min
Tags:
Categories: La lorgnette

Titre initial
Après une longue saison morte : Vers un «renouveau» touristique en Casamance

«Malgré une bonne saison touristique 2017-2018 sur l’ensemble du pays, les touristes ne se bousculent pas encore pour séjourner en Casamance. Cette région est certainement l’une des plus belles et l’une des plus accueillantes d’Afrique de l’Ouest, mais son enclavement et sa réputation d’insécurité persistent, et pour cause…»

Cet extrait est tiré d’un article produit par www.au-senegal.com en février 2018, campe à suffisance la situation qui prévalait dans la région de la Casamance Verte.

Réputée pour la beauté de ses paysages, l’originalité de son architecture, la diversité de ses ethnies et la richesse de son folklore, sa faune et sa flore, la Casamance étale ses belles plages de sable fin de Kafountine à Kabrousse et ses fleuves de Carabane à Sédhiou.

Les touristes se bousculaient aux portes de cette région paradisiaque au coeur de l’Afrique de l’Ouest. Une fois au Sud du Sénégal, ils voient leur rêve devenir réalité. Ils avaient les possibilités de découvrir la Casamance
profonde et authentique avec l’implication des villageois dans la gestion des hébergements. Ainsi sont nés les campements villageois. Initiative unique au monde tant dans sa conception que dans sa gestion !

Résider dans un campement villageois, c’est avoir la garantie du dépaysement et l’assurance de découvrir et partager la vie et les traditions d’une Casamance si secrète.

Depuis quelques années, le tourisme est au plus mal en Casamance. Beaucoup de Tours Operators ont rayé la destination de leur liste. Seuls les hôtels du Cap-Skiring connaissent un niveau d’activité plus ou moins
significatif. Le Cap, qui peut se prévaloir d’une stabilité remarquable, était le domaine du tourisme balnéaire.
Les touristes arrivaient par vols charters à l’aéroport à partir duquel ils sont convoyés par autobus vers les réceptifs.

Après avoir souffert pendant plusieurs années, la destination Casamance a repris. Hôteliers et habitants des régions de Kolda, Sédhiou et Ziguinchor avaient organisé non seulement des marches pour protester contre «la désinformation» de certains tours operators, mais également des campagnes de sensibilisation et des journées de réflexion pour une bonne promotion de la destination Casamance.

A cet effet et conscient du rôle et de la place que doit jouer le tourisme dans le développement d’un pays, le chef de l’Etat, Macky Sall, a réaffirmé, jeudi 18 octobre 2018, à Saly lors du lancement d’un programme de développement touristique dans cette station balnéaire de la région de Thiès, son ambition de poursuivre le «renouveau du tourisme» au Sénégal.

Il a saisi cette occasion pour réaffirmer avec force son ambition de poursuivre la politique de renouveau du secteur touristique, à travers notamment le renforcement de l’attractivité et de la compétitivité des pôles touristiques. Dans cette perspective, nous devons oeuvrer ensemble pour assurer une pleine valorisation de nos énormes potentialités balnéaires, écologiques, culturelles et religieuses.

Le même jour, mais cette fois-ci dans un autre site balnéaire au Sud du Sénégal, plus précisément au Cap Skiring, le Président annonça : «Nous discutons avec des partenaires étrangers dans le domaine du tourisme.
L’Etat leur a accordé des facilités pour la remise en état des hôtels. C’est le cas du Club Méditerranée, qui va financer 16 milliards de francs Cfa au début de l’année prochaine, pour la relance du tourisme.»

A Ziguinchor dans le cadre d’une tournée économique, le chef de l’Etat soutient que «des actions sont en train d’être prises pour relancer le tourisme dans le département d’Oussouye et dans la région de Ziguinchor.
Cela va permettre la création de plusieurs emplois».

Toujours dans le cadre du développement touristique dans cette partie du Sénégal, il faut aussi signaler que l’Assemblée nationale a adopté, le 3 juillet 2015, la loi portant statut fiscal spécial des entreprises touristiques installées dans le pôle touristique de la Casamance.

Dans l’exposé, il est précisé que le statut fiscal spécial bénéficiera aux entreprises installées dans les trois régions administratives de la Casamance naturelle à savoir Ziguinchor, Kolda et Sédhiou. L’article 2 stipule que le statut fiscal spécial est accordé aux entreprises touristiques pour une durée de dix ans à compter de la date de délivrance de l’agrément.

Également, le désenclavement de la Casamance à travers les voies maritimes et aériennes est devenu une réalité. La liaison maritime Dakar-Ziguinchor est desservie par trois bateaux et la liaison aérienne par une flotte appartenant à deux compagnies avec une moyenne de quatre vols jour. Les aéroports de Ziguinchor et de Cap Skiring ont été réhabilités.

Quant à la voie terrestre, les travaux du pont de Farafégny sur la Transgambienne prendront bientôt fin. Une fois cette infrastructure inaugurée, rallier la Casamance par la route serait une question d’heures car les longues files au niveau du ferry sur le Fleuve Gambie deviendront de mauvais souvenirs.

Excellence Monsieur le président de la République, la Casamance compte sur votre engagement et votre détermination pour un développement harmonieux du tourisme dans cette partie Sénégal, naguère pôle
touristique de l’Afrique de l’Ouest.

Monsieur le Président, aujourd’hui Kolda, Sédhiou et Ziguinchor ont besoin de la réhabilitation et de la reprise d’établissements hôteliers, du développement de circuits de découverte culturelle, nature et tourisme intégré et une bonne organisation de parcours touristiques et excursions.
A travers les sillons que vous avez déjà tracés, les populations savent que vous ne ménagerez aucun effort pour faire de la Casamance le pôle touristique du Sénégal.

Source – Lequotidien Journal
28 novembre 2018