Search

Tourisme en Casamance: Spécificités, contraintes et délivrance

Tourisme en Casamance: Spécificités, contraintes et délivrance

Entretien avec Modou Diouf, propriétaire de l’agence de voyage et tourisme durable Casamance Evasion tourisme ; ou lorsqu’une interview se mue en cours magistral… L’homme rechigne à parler de lui, à nous fournir une photo mais se révèle passionné et intarissable dès lors que l’on aborde son sujet de cœur et de vie : la Verte Casamance. « Ce qui importe c’est la région, pas de moi » dit il.

Comment introduiriez-vous la Casamance, zone où vous résidez et travaillez ?

La Casamance est la région la plus méridionale du Sénégal. Elle présente un espace diversifié et relativement préservé : un long fleuve qui se ramifie en de nombreux « bolongs », une large façade maritime, de nombreuses zones de mangrove, une succession d’îles sur le delta du fleuve, une abondance d’espaces boisés, une faune (notamment ornithologique) riche et variée…

Ses spécificités ?

Associées à ces atouts naturels, l’originalité de son architecture, la diversité de ses peuples, la richesse de sa culture et les traditions qu’elles perpétuent font de ce terroir une zone présentant de forts aspects culturels et patrimoniaux.

Dans ce contexte, cette diversité territoriale confère à la Casamance de multiples potentialités touristiques.

« … IL FAUT RECONNAÎTRE QUE LES BESOINS ET LES CONTRAINTES DU TOURISME EN CASAMANCE SONT TRÈS IMPORTANTS ET NÉCESSITENT DES SOLUTIONS URGENTES SI L’ON SOUHAITE ENVISAGER UNE RELANCE DURABLE DE L’ACTIVITÉ ».

Plus concrètement ?

La Casamance possède une gamme variée d’établissements touristiques : 35 hôtels et villages de vacances, 74 campements touristiques, 10 campements villageois et 08 agences de voyages et de transport touristiques.

Toutefois cette destination, compte tenu d’une trentaine d’années de conflit et de ses conséquences sur son image, a connu une forte régression de sa fréquentation, ne lui permettant pas d’évoluer normalement. Celle-ci a largement chuté depuis cette période, passant de plus de 43 000 arrivées en 1991 à environs 25 000 en 2011, et le secteur touristique fonctionne désormais au ralenti. Il est donc encore bien loin de réussir à exprimer tout son potentiel que se soit directement en termes de création d’emplois et de revenus ou indirectement comme catalyseur de développement économique et social.

Au delà des aspects sécuritaires, il faut reconnaître que les besoins et les contraintes du tourisme en Casamance sont très importants et nécessitent des solutions urgentes si l’on souhaite envisager une relance durable de l’activité.

« LES ARRÊTS FRÉQUENTS DES VOLS DE LA COMPAGNIE NATIONALE [QUI] CONDUISENT À UNE DIMINUTION DE PRÈS DE 75% DE LA CAPACITÉ D’AFFRÈTEMENT DES PASSAGERS SUR LA CASAMANCE »

Pouvez-vous nous citer quelques unes de ces contraintes ?

Parmi lesdites contraintes structurelles nous avons :

  • les difficultés liées à la desserte des zones touristiques qui handicapent sévèrement le secteur. Les arrêts fréquents des vols de la compagnie nationale qui conduisent à une diminution de près de 75% de la capacité d’affrètement des passagers sur la Casamance. Par ailleurs les infrastructures aéroportuaires ne sont pas en capacité d’exprimer tout leur potentiel et des aménagements mineurs sont encore à réaliser pour disposer d’équipements suffisamment performants.
  • Le manque de formation, influant sur le niveau des services et des prestations touristiques, bride fortement le secteur. Dans un contexte accru de concurrence des destinations, la Casamance perd de précieux points de compétitivité à ce niveau.
  • Affaissement de la piste d’atterrissage du cap skiring réduisant celle –ci de 2000m a 1500m
  • L’absence d’aménagement du site de Kafountine, Abene
  • Aménagement inachevé du cap skiring
  • La cherté de la destination (Taxes)
  • Les problèmes de la fiscalité dans le secteur du tourisme

Toutefois, malgré ces difficultés, il faut reconnaitre qu’un certain nombre d’initiatives volontaristes ont été prises pour faire face à la crise actuelle. L’Office du Tourisme mise en place par les professionnels du secteur représente dorénavant une force supplémentaire au côté du syndicat d’initiatives pour assurer une promotion plus efficace de la région.

Dans ce contexte le Sénégal a pris des décisions favorables suivantes :

  • Suppression des visas
  • Allégement des taxes
  • Déclarer la Casamance zone touristique spéciale d’intérêt national
  • Signature du décret N° 2016- 1539 de la loi 2015 – 13 du 3 juillet 2015 portant statut fiscal spécial des entreprises touristiques installées en Casamance
  • La Casamance qui n’est plus considéré comme zone rouge par la France dans son site du ministère des affaires étrangères dans la partie conseil aux voyageurs

REGAIN DU TOURISME ET DE SA BRANCHE « TOURISME DURABLE »

L’état des lieux de l’offre touristique en Casamance démontre une nette tendance au retour de beaucoup de touristes et une envie de nouvelles formes de tourisme qui permettent d’entrer en contact direct avec les populations comme, le tourisme durable.

Face à cet enjeu, le secteur du tourisme, fort de multiples potentiels, constitue un élément primordial. Même si il est largement affaibli aujourd’hui, il représente cependant le seul secteur capable, avec la forêt, l’agriculture et la pêche, de participer fortement à court et moyen terme au redressement économique et au rétablissement des indicateurs socio-économiques de la région.

Le titre est de nous…
Titre initial: Modou Diouf raconte sa verte et riche Casamance
Sur: au-senegal.com

Related posts