Posted by on décembre 4, 2020 8:04
Tags:
Categories: Rive Gauche - Casamance

Dans son discours de célébration du 55e anniversaire de l’indépendance de la Gambie, prononcé le 18 février 2020, le Président Gambien a souligné que la Gambie en tant qu’Etat “souverain indépendant était chargé de gérer ses affaires sans aucune ingérence extérieure”.

Il invitait alors les Gambiens à renouveler de “zèle patriotique”, de démontrer à la veille des prochaines “‘élections nationales ce que l’indépendance signifie réellement pour les Gambiens”.

Le message a semblé bien passer….

A Farafenni qui se situe à une centaine (100) de kilomètres de McCarthy Square où le Président Barrow tenait un tel discours, un jeune contrôleur Gambien chargé de la traversée du Pont dit de la Sénégambie, empêchait le passage à l’armée sénégalaise en direction de la Casamance ( où se préparait d’ailleurs durant le Week-end une séance de travail des autorités militaires).

Il exigeait que l’armée sénégalaise paie le droit de passage comme le font tout le monde. Ce qui donc vraisemblablement et jusqu’à date, n’a jamais été le cas pour les Diambars.

Les choses s’envenimèrent, les Gambiens subitement décidèrent de manière péremptoire d’imposer une nouvelle règle à l’armée sénégalaise qui avait l’habitude de traverser majestueusement le fleuve Gambie.

Les Gambiens mirent dans le coup leur armée bien visible sur cette transgambienne au niveau de SOMA qui dû dépêcher ses hommes sur les lieux (ce qui a toujours comme conséquence de rendre plus difficile la traversée avec les innombrables “STOPs” sécuritaires surtout quand on s’approche de la Casamance).

Bien curieuse manière de fêter 1 an dudit pont…
Car les deux armées occupaient respectueusement les deux rives, et l’on pouvait deviner le nouveau décors qu’elles laisseraient sur l’édifice si le langage des armes avait prévalu.
Peut-être même qu’on risquait de re-enclaver le sud du Sénégal !

En tous les cas, l’armée sénégalaise n’a pas sacrifié son privilège, elle a fait du “Dem ba diex” (jusqu’au bout).
L’autorité policière gambienne ayant certainement compris que ces militaires ne sont pas dans les forêts casamançaises mais bien au cœur de la cité, a décidé de payer la note pour satisfaire aux exigences d’un “patriote zélé” qui a pris au sérieux le message politique du Président gambien.

A notre avis, au su et au vu des sommes que les autorités gambiennes (Police, Immigration quand on vient de la Casamance, Douane) récoltent au passage des voitures sénégalaises – en entrant en Gambie, en empruntant le Pont, et en sortant de la Gambie -, il y a suffisamment de quoi laisser passer des véhicules militaires sénégalais qui n’empruntent quand même pas tous les jours ce passage.

Mais la Gambie, comme l’a dit SEM Barrow est souveraine !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code