Search

Ucao de Coubalan à Bignona : Les précisions de Monseigneur Paul Abel Mamba

Ucao de Coubalan à Bignona : Les précisions de Monseigneur Paul Abel Mamba

Au nom de la Conférence épiscopale Sénégal, Mauritanie, Guinée-Bissau, Îles du Cap-Vert, Mgr Paul Abel Mamba a organisé une conférence de presse à Ziguinchor pour clarifier l’implantation de l’Université catholique de l’Afrique de l’Ouest (Ucao) à Coubalan, dans le département de Bignona.

L’évêque Paul Abel Mamba, par ailleurs vice-chancelier de l’Ucao a expliqué la motivation de l’Eglise à réaliser cette université à Coubalan par le fait que la région de Ziguinchor, « 3ème productrice de bacheliers dans notre pays », est confrontée au problème persistant de l’absorption desdits bacheliers. Il a ajouté que l’Eglise, par ses structures, ne peut pas être insensible à l’angoisse persistante des familles et à la détresse des bacheliers qui ne trouvent pas de possibilités de poursuite des études.

Pour la construction de l’Ucao de Coubalan, Mgr Mamba a révélé qu’un site de 80 ha a été affecté légalement à l’église par les autorités compétentes locales de l’époque, en accord avec les anciens propriétaires terriens. Cela a favorisé la réalisation du mur de clôture de l’établissement en 2009, le démarrage des constructions du bloc pédagogique de 17 salles dont un amphithéâtre, et du bloc administratif de 30 bureaux depuis 2015. La voirie a été également faite, ainsi que les réseaux divers, les espaces verts et un début de mise en place des équipements. L’établissement pourra accueillir 850 étudiants dès sa première année, toutes filières confondues. En fin de programme, 3.000 étudiants y seront enrôlés. L’évêque de Ziguinchor a assuré que la direction s’attachera à développer une écoute des différents acteurs pour la réalisation des objectifs du programme.

Rumeurs infondées
Par ailleurs, le chef de l’église locale a annoncé le désenclavement des Kalounayes « avec le bitumage de la route grâce à l’aide de l’Etat », la mise en valeur du domaine agricole et un certain nombre de services à la communauté. Mais, Mgr Paul Abel Mamba a renseigné avec regret que le 3 janvier 2013, l’on pressait l’Ucao d’exploiter ou de rendre les terres, à un autre, le 11 septembre 2017, de ne plus exploiter et rendre les terres après un investissement de l’Ucao de près de 1,5 milliard de FCfa.

L’évêque a loué la marche de soutien des imams et oulémas, des chefs de villages et des élus locaux du 7 octobre 2017, tant dans sa forme que dans son contenu. Il a affirmé que « les messages des imams, des représentants des villages et de la majorité des populations locales sont plus conformes à la réalité et à la sincérité. D’après Mgr Mamba, une certaine presse a tenté de faire croire que le processus d’affectation des terres dédiées à l’Ucao de Coubalan comporterait des erreurs voire des irrégularités qui rendraient ladite affectation illégale et priverait les habitants de terrains de culture.

Il n’en a été rien de tout cela, selon l’évêque. Mgr Mamba a assuré que la main-d’œuvre est locale dans le chantier de l’Ucao, seuls les spécilaités ont été confiées à des experts (électricité, câblage informatique, sécurité incendie). « Ceux que l’on appelle des étrangers viennent de Ziguinchor pour la toiture, ou de Dakar pour des travaux qui demandent des qualifications plus pointues », a informé le chef de l’Eglise de Ziguinchor. De plus, Mgr Paul Abel Mamba a déclaré qu’il n’a jamais été question pour l’Eglise de verser de l’argent à une quelconque autorité en contre partie des terres pour la réalisation de l’Unité universitaire de Coubalan.

Le Soleil 16 Oct 2017

Related posts