Ville de Ziguinchor: En attendant les promesses du gouvernement…

Posted by on 16/12/2018 14 h 00 min
Tags:
Categories: Blog

Les promesses, les Casamançais y sont habitués et lassés.
Le Ministre des banlieues qui aurait certainement voulu passer ses derniers jours de vacances de Ministre dans le Territoire de Casamance aurait trouvé les inondations comme prétexte pour venir faire un petit tour dans la ville de Ziguinchor.

Nous espérons qu’il a apprécié son séjour. Il a au moins contribuer dans ce court temps, à l’activité économique, mais aussi politique et sociale locale. Mais pour autant, nous n’aimerions pas que l’on laisse croire que les Casamançais donnent plus de crédits aux différentes promesses qu’il a faites.

Le problème des inondations ne date pas d’aujourd’hui. La petite escale de Ziguinchor était entourée d’une zone de riziculture des populations ajamaat (Nous vous conseillons l’Histoire authentique de la Casamance. La Brochure, 2011). En se transformant en ville moderne, on a eu l’impression que les autorités en charge n’ont pas eu à prendre en compte cette réalité historique. A moins que ce soit tout simplement du sabotage.

Pont cité Police. Ici, il y avait un pont qui a été détruit et remplacé par du sable qui obstrue le canal….

Pont cité Police. C’est en plein hivernage qu’on s’est rappelé que c’est un canal d’évacuation…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


En effet
, comment comprendre qu’au mois de Mai 2017, on procéda à la destruction du deuxième pont de Korentas à côté de la Cité Police qui permettait d’accéder directement à la Police.
Et qu’en lieu et place d’un pont neuf, on y jeta du sable procédant ainsi à l’obstruction du principal canal d’évacuation des eaux qui passe par Belfort, marché Boucotte en traversant tout Ziguinchor.

 

Pont cité Police. En attendant, les gens sont encore obligés de prendre tous les risques pour traverser ce canal avec ses eaux sales….

Les occupants de cette maison sont obligés de traverser ce canal en posant une planche. Les risques sont nombreux…

Ici, on pouvait passer tranquillement. Mais attention travaux en plein hivernage au nom de la fibre optique…

Après la fibre optique, même les arbres malmenés se sont opposés (dans leurs derniers souffles) à ce manque de respect au Territoire de Casamance…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Qui
ne s’est pas rappelé qu’en plein hivernage, on commença l’installation de la fibre optique dans un sol boueux déjà gorgé d’eau et donc facilement érodable et pouvant occasionner des catastrophes en hivernage?
D’ailleurs, en pleine campagne électorale, comme pour tromper la vigilance des populations, après les bourses familiales devenues un simple outil d’achat de conscience (nous y reviendrons), nos gouvernants se mirent à creuser Ziguinchor de gauche à droite alors même que des routes, des ponts, sont restés à l’Etat de construction au-delà des délais impartis.

Tout ceci pour dire qu’il faut désormais mesurer et apprécier les actes posés par le gouvernement et non se contenter de l’énormité des promesses données. Ce d’autant plus que le ministre des banlieues est lui aussi dans l’espoir que…

Ce n’est qu’un ministre délégué après tout. En d’autres termes, rien n’est garanti en cette fin d’année où les budgets sont engloutis; disons peut-être même lors des législatives. Les recommandations donc issues de la séance de travail du ministre des banlieues, restent primairement les preuves des dépenses occasionnées durant son séjour à Ziguinchor. S’il y a une chose qu’il devrait faire de manière intéressée « dans les plus brefs délais », c’est bel et bien cela, laisser des traces écrites de sa visite.

Pour le reste, en ce qui concerne par exemple, les « mesures transitoires » (juste cela), on pouvait déjà soupçonner que le ministre en faisant son appel citoyen aux populations, cherchait à exploiter une main d’oeuvre locale. Les fameux « engins mécaniques devant servir à l’exécution des mesures transitoires prises pour mettre fin aux inondations qui seraient causées par les ordures » peuvent attendre; dès lors que les Ziguinchorois, la Mairie de Ziguinchor certainement, aura procédé au curage manuel des canaux et caniveaux.

Le ministre, nous l’avons relevé, espèrerait que le matériel pour les grands travaux débarquent dans le weekend à Ziguinchor. Et comme tout doit venir de Dakar, nous prions que d’autres villes et banlieues du Sénégal ne soient pas dans la même urgence que Ziguinchor… Dans ce cas de figure, c’est mort pour Ziguinchor !