Search

Ziguinchor: Macky divise encore plus son parti et maltraite Benoit Sambou

Ziguinchor: Macky divise encore plus son parti et maltraite Benoit Sambou

Nombreux sont les membres de l’APR qui ont trouvé ou qui ont été amenés par M. Benoit Sambou à l’APR. Mais depuis 2014, le chargé des élections de l’APR, coordonnateur départemental dudit parti, ne réussit pas à retrouver sa place dans l’équipe gouvernementale.

Il se bat certes, pour que ses lieutenants proches occupent des postes dans les agences et autres structures de l’Etat. Mais lui personnellement est comme mis au placard avec des nominations de type, Ministre conseiller auprès du Président de la République, une situation bien peu reluisante quoi que l’on puisse dire.

La faute de M. Sambou, c’est certainement le fait de s’être opposé à la « transhumance » de M. Abdoulaye Baldé vers l’APR. Le Président Macky Sall le voulait comme allié de son parti, mais M. Sambou avait trop cru à la fumeuse politique de reddition des comptes et avait ainsi misé sur la possibilité de pouvoir le déboulonner sans prendre en compte le paramètre parenté. Le pari ainsi pris, il devait obligatoirement remporter les élections locales de 2014.

Mais manque de chance, une lutte intestine dans le parti, des manigances politiques dans le seul but de ne pas arranger la situation interne à l’APR, aboutirent à la division qui vit même une certaine Mme Aminata Angélique Manga nouvellement adhérente de l’APR être soutenue par le parti de M. Robert Sagna qui n’est pas n’importe qui sinon l’ancien Maire de la ville. Tandis que des membres du parti de l’ancien Maire avaient précédemment eux aussi décidés dans ce cas de figure de lutte fratricide interne dans leurs partis respectifs, d’aller soutenir le Maire sortant, M. Abdoulaye Baldé.

Conséquemment, Mme Aminata Manga apparaissait comme la pièce d’un jeu de hasard politique pour M. Benoit Sambou dont il fallait savoir la réelle utilité. Pour l’instant et dans l’immédiateté de cette première partie, la tête de liste de l’APR allait perdre lamentablement et laisser confirmer une certaine idée de l’inamovibilité de M. Abdoulaye Baldé.

Depuis, M. Benoit Sambou ne verra plus son nom sur les listes des différents gouvernements du Premier Ministre du Président Macky Sall. Et ce, malgré le fait qu’il remporta d’autres victoires comme le référendum, les législatives, aidé par le parti de M. Sagna qui fait office de bon samaritain finalement. Quoi que le vieux Robert, comme un troisième larron à l’image d’un certain Niasse, sait tirer les marrons de cet APRe feu de coalisés !

Coalisés, coalition pour 2019…
D’aucuns l’avaient imaginé et cela se confirme de plus en plus. On a le sentiment, que le Président Macky Sall lui en veut à M. Sambou de ne lui avoir pas permis d’avoir M. Abdoulaye Baldé, cet autre parent, dans son gouvernement.
Pour un Président qui aime entretenir ses parents, comme l’a si bien souligné le journal Walfadjiri de ce jour (12 sept 17)  « Macky nomme son frère. La Famille avant la Patrie et le parti« ; M. Benoit Sambou n’avait certainement pas bien saisi le degré de relations qui existaient entre SEM Macky Sall et M. le Maire Abdoulaye Baldé. Non seulement on leur prête une parenté par alliance, mais il s’y ajoute qu’ils ont longtemps travaillé ensemble sous le régime de Me Wade.

On peut donc supposer sans se tromper qu’il boit jusque là lie la coupe des conséquences de cette erreur d’ambition ou défi politique. Sinon, on ne comprend pas pourquoi, alors que le Maire de Ziguinchor ait perdu après les élections de Juin 2017, et qu’il aurait personnellement appelé le chef de file de l’APR à Ziguinchor pour le féliciter de la victoire du parti, le Président Macky décide délibérément de maintenir la sanction contre celui dont les partisans avaient cru qu’il allait retrouver enfin la grâce.

Une autre lecture de cette situation pourrait permettre de dire que comme le Maire Abdoulaye Baldé n’a pas envie de bouger de la Mairie, SEM Macky lui préparerait cette éventualité de rester Maire en redistribuant les cartes du jeu qui sèment le doute et la division au sein de l’APR locale. Le scénario 2014 se rejoue sans que l’on comprenne qui est le maître du jeu en réalité: la parenté ou l’esprit partisan?

C’est dire qu’il serait simpliste de se limiter à l’idée d’une cause uniquement liée à une supposée vengeance ethnico-parentale orchestrée par le Président du Parti; à eux, les fils de la Casamance de chercher à s’unir avant tout. Et ce travail là, M. Benoit Sambou ne l’a pas réussi faute de n’avoir pas été bien entouré en conseils.

En effet, au sein du parti à Ziguinchor, la discipline n’a jamais été de mise et le Président l’exploite pour assouvir toutes ses tactiques sous prétexte de sanction en Casamance. Et c’est surtout parmi les ralliés qu’il faut trouver les plus farouches adversaires de M. Benoit Sambou, qui semblent se nourrir de l’idée qu’il n’aurait pas grandi à Ziguinchor et qu’il y serait parachuté.
Le parachutage, on pourrait en discuter n’existe pas en politique aussi longtemps que le parti au pouvoir gagne et sait vendre dans l’unité les hommes qui le représentent.
L’unité n’existant pas…

Alors, il est facile pour ses adversaires de tout bord d’invoquer le fait que le choix porté en M. Benoit Sambou est basé sur l’ethnie. On saura déjà que de tels adversaires veulent eux-mêmes faire la promotion d’une autre ethnie en Casamance, ce qui va poser problème encore. Ceux qui le disent, excluent dans leur cynisme abjecte le fait qu’il puisse y avoir d’autres adversaires de Benoit Sambou de la même ethnie que lui.

Le concerné, en bon disciple ou qui chercherait à être partisan discipliné du Président Macky Sall, n’a pas hésité à démontrer aux Casamançais qu’il était des leurs. Il était fréquemment en Casamance quand il n’avait pas de missions qui le retiennent à Dakar. Il n’a pas lésiné sur les efforts pour démontrer aux populations casamançaises que s’il était certes un fils né de la diaspora, cela n’enlevait en rien sa casamancité. Ces efforts là, il les a redoublés surtout qu’après qu’il a été dégommé du gouvernement de 2014.

Peine perdue ????, au dernier réaménagement ministériel, le gouvernement qui ressemble fort à un Mini-Parlement (dixit l’ex PM Abdoul Mbaye), comporte des Casamançais à l’image de Mme Aminata Angélique devenue Ministre. En choisissant de nommer une ministre qui semblerait être opposée à Benoit Sambou, le Président de la République et son Premier Ministre le sanctionnent doublement encore. A M. Sambou d’en tirer les conclusions et surtout de savoir que s’il est celui qui nourrit cette guerre fratricide, qu’il trouve de meilleurs conseillers pour lui éviter une stratégie qui ne paie pas.

Conséquemment, de deux choses l’une, si le Président de la République ne change pas cette situation en respectant M. Sambou, alors M. Sambou doit savoir qu’il a soit à toujours persévérer humblement et dignement dans l’effort en espérant que les Casamançais vont l’accepter même sans fonction étatique ou finalement abdiquer faute d’armes de guerre et laisser la place à Mme Aminata A. Manga. Et est-ce sérieux finalement de voir les conséquences d’une telle non solidarité entre nous – mêmes dans le même parti ?

Quel que soit le scénario final, la division doit finir et laisser place à l’Unité.
Car dans l’actuelle situation, quoi qu’il en soit, c’est le parti qui perd certes, mais la Casamance surtout quand, même dans les partis politiques au pouvoir, on ne s’arrête pas à la simple adversité avec l’opposition politique, mais plus encore, on cultive le cynisme de la division de nos populations.

C’est là notre souci principal…

Auteur: Akandijack

Related posts