Zircon Casamance: Plus déterminés que jamais dans « LA BATAILLE DE LA DUNE »

Posted by on 11/04/2017 3 h 25 min
Tags:
Categories: Blog

La Coalition Appel de la Dune qui regroupe le Comité de lutte contre le zircon, le Collectif des chercheurs et spécialistes de la Casamance, ONG et autres organisations de la société civile, et plusieurs personnalités indépendantes qui aiment la VERTE CASAMANCE NATURELLE et qui préfèrent – nul ne peut se tromper en disant – son développement durable et rien que son développement durable, a enfin réagi…

Et ce pour dire ainsi que, plus que jamais, LA LUCHA CONTINUA comme dirait l’argentin Juan Sasturain, parce que les objectifs de cette LUTTE PACIFIQUE restent inchangés, c’est-à-dire « une étude d’impact indépendante environnementale » (EIE) prenant en compte, comme dirait les Cadres Casamançais en 1984 dans un mémorandum adressé au Président Abdou Diouf,  tous les risques « synonymes d’authentiques ethnocides » en parlant de destruction de l’environnement familiers aux Casamançais et singulièrement aux populations d’Abéné.

Les soutiens se multiplient ce bien avant ou après d’ailleurs l’intérêt certain que le GRPC (supposé facilitateur de paix en Casamance) porte à cette autre source de conflictualité dans le Territoire de Casamance.
Mais une chose est certaine, les intellectuels authentiques de tous bords sont pour le développement durable de la Casamance…

Bonne lecture,

 

LA BATAILLE DE LA DUNE

En juin 2017, en dépit des oppositions et des critiques, l’Etat sénégalais donnait son feu vert au démarrage de l’exploitation minière à Niafrang : celui-ci devait intervenir au cours du dernier trimestre de l’année. On pouvait voir là une tentative de passage en force, feignant d’ignorer les oppositions ou critiques au projet.

Mais la tentative a échoué :

  • le démarrage des travaux n’a pas eu lieu : c’était notre premier objectif !
  • l’éventuelle poursuite du projet est désormais subordonnée à l’accord des populations : c’est ce qui reste l’un de nos objectifs !
  • le porte-parole d’Astron dit avoir abandonné l’idée d’un pompage de la nappe phréatique, dont nous avions démontré les risques pour l’environnement et les populations !
  • enfin, cerise sur le gâteau, le permis d’exploiter aurait, selon certaines sources, été retiré à Astron (pourquoi l’Etat ne confirme-t-il ou ne dément-il pas ?)

Ce qui ressemble fort à un recul montre que l’Etat est sensible au nouveau rapport de forces :

– avec la persistance d’une forte opposition villageoise, incarnée depuis plusieurs années par le Comité de lutte ;

– avec le risque sécuritaire résultant notamment des menaces de la rébellion casamançaise ;

– avec l’ampleur croissante d’une mobilisation citoyenne, fédérée et impulsée par notre « appel de la Dune », qui bénéficie d’une couverture médiatique de plus en plus large au Sénégal et à l’étranger. Etayée par nos experts, l’évaluation de risques sous-estimés voire passés sous silence par l’étude d’impact officielle ébranle le discours officiel : le soi-disant consentement des populations à un projet soi-disant sans risques d’une multinationale soi-disant sans reproche n’aurait-il été qu’une fiction, qu’on a essayé de faire avaler à l’opinion sénégalaise et internationale ? 

Mais la lutte continue :

  • parce que l’apparent souci de concertation désormais affiché par l’Etat n’est que le résultat d’un nouveau rapport de forces, auquel nous avons largement contribué : ce rapport de forces, il faut le consolider ;
  • parce que les objectifs de l’Etat n’ont pas changé : l’exportation de produits miniers comme le zircon demeure l’un des piliers du Plan Sénégal Emergent. Comme si ce modèle n’avait pas démontré sa nocivité ailleurs sur le continent. Comme si on pouvait faire du développement au détriment des hommes et de la nature. Après l’épuisement des ressources halieutiques et la destruction des forêts, et face aux défis du réchauffement climatique et de l’explosion démographique, il est temps d’arrêter le saccage de la Casamance en échange de quelques miettes éphémères pour les populations ! L’heure n’est pas à l’affaiblissement mais à la consolidation des équilibres naturels et sociaux. D’autres choix sont possibles !
  • parce que ce qui apparaît comme un recul de l’Etat ne remet pas en cause sa volonté d’atteindre le même objectif par d’autres moyens. En faisant l’impasse sur les risques et en spéculant sur une demande sociale qui signe pourtant ses propres échecs. En se livrant à une guerre de communication sans précédent, qui diabolise la mobilisation citoyenne tout en feignant d’ignorer les arguments scientifiques, comme si l’Etat avait peur de la vérité !
  • la lutte continue, enfin, parce que nos objectifs demeurent : une étude d’impact indépendante prenant en compte tous les risques ; et des alternatives au projet minier en termes de développement durable, s’appuyant sur les savoir-faire et élaborées avec l’ensemble des populations concernées… A partir de quoi un véritable débat pourra s’instaurer sur le type d’environnement et de société que ces populations souhaitent léguer à leurs enfants. Est-ce cela que craignent les partisans du projet minier ?

Grâce à des soutiens croissants, nous allons donc poursuivre et amplifier notre mobilisation sur tous les terrains : social, scientifique, parlementaire, juridique, médiatique…

Aidez-nous à atteindre ces objectifs en signant la pétition de l’Appel de la dune et en vous engageant activement à nos côtés.

Ensemble, on peut gagner !

Le 3 novembre 2017

Coalition Appel de la Dune

(Comité de lutte contre le zircon, Collectif des chercheurs et spécialistes de la Casamance, ONG et autres organisations de la société civile, personnalités indépendantes)